Une étude confirme l’authenticité des traces de sang sur le Saint-Suaire

Une récente étude italienne vient de confirmer que le Saint-Suaire connu également sous le nom de Linceul de Turin, a bien été en contact avec le corps d’un homme torturé.

Le Saint-Suaire n’a pas fini de nous livrer ses secrets, d’autres restent en revanche un véritable mystère pour toute la communauté scientifique dans le monde. Par exemple, on n’est toujours incapable de comprendre comment cette image a pu se former sur le tissu en lin. Il ne s’agit pas de peinture ni d’un dessin, c’est comme si elle faisait partie du tissu, bombardé par des photons ou des rayons à très haute intensité.

Les sceptiques vont dire qu’il s’agit d’un tissu datant du moyen-âge. Doit-on rappeler que le Saint-Suaire a été rafistolé en certains endroits et que les échantillons soumis au test carbone proviennent justement de ces morceaux de tissus ajoutés ? L’honnêteté scientifique consisterait à dire plutôt que le test au carbone 14 réalisé dans les années 80 doit être à nouveau effectué et cette fois-ci sur une partie du tissu qui n’a pas subit de retouche, c’est à dire sur plus de 90% de sa surface.

Autre chose qui a son importance: même s’il s’agissait d’un tissu datant réellement du moyen-âge, nous n’avons toujours pas d’explications sur le comment du pourquoi, comme est apparu cette image en 3D et mieux encore, en format négatif photo ! Au moyen-âge la photo n’existait pas, la 3D et l’informatique non plus, ni les ultraviolets. Le pseudo auteur de la supercherie connaissait donc des techniques d’extraterrestres parfaitement inconnue aujourd’hui ?

Un peu de sérieux. Contentons nous d’en rester aux faits. Nous avons pour le moment un Saint-Suaire qui détient des choses incroyables, inexplicables, des preuves diront certains et pour d’autres non, sans toutefois pouvoir expliquer ce que l’on a évoqué plus haut (et bien d’autres mystères encore à son sujet). Pour les non-croyants, que le Saint-Suaire soit le vrai Linceul du Christ ou pas, cela ne changera rien à la foi des Chrétiens, car ce n’est pas parce qu’il s’agirait d’un faux, qu’il n’ait jamais existé un vrai Linceul quelque part un jour ou que Jésus n’ait jamais existé etc..

A l’inverse pour les croyants, il reste une épine à retirer pour définitivement prouver qu’il s’agissait bien du Saint-Suaire véridique, celui du Christ : celui du carbone 14. Car tant que d’autres tests n’auront pas été effectué à ce sujet, les sceptiques continueront à marteler qu’il s’agit d’un faux du moyen-âge, sans toujours pouvoir expliquer bien entendu l’image 3D en négatif etc..

L’étude du Saint-Suaire reste un sujet passionnant à explorer et on espère un jour connaître les explications à tant de mystères !

Les scientifiques Italiens ont en tout cas apporté une preuve supplémentaire qui va dans le sens de l’authenticité du Linceul de Turin.  La revue scientifique américaine Plos One a publié les conclusions de cette étude de l’Université de Padoue et l’information a immédiatement été relayé par le quotidien célèbre en Italie : La Stampa.

Les chercheurs ont prélevé une fibre authentique et intacte sur le tissu original en lin et l’ont soumise à des tests hyper sophistiqués au microscope.

En procédant à une résolution atomique sur la fibre pour étudier les nanoparticules organiques, les chercheurs Italiens ont découvert des nanoparticules de créatinine avec 20 à 100 nanomètres impliquant de petites nanoparticules, composées de ferrihydrite dégradée, typiques des noyaux biologiques de ferritine. Giulio Fanti, l’un des spécialistes de cette étude a indiqué que cette configuration sanguine n’est pas celle d’un organisme humain en bonne santé. Lors des enquêtes de polices scientifiques, on retrouve un taux élevé de créatinine et de ferritine chez toutes les victimes ayant subit d’atroces souffrances, torturées et qui sont mortes de façon violente.

Cela indique donc que, le corps qui a été enveloppé dans le Linceul de Turin appartenait bien à un homme qui a connu une mort violente. Cette conclusion de l’étude scientifique de l’université de Padoue ajoutée aux blessures qui apparaissent sur l’image du Saint-Suaire, correspondent exactement aux descriptions qui ont été rapporté par les Apôtres de Jésus dans les Evangiles…

A voir également:


Laisser un commentaire

*